VIF n°10 : Gabriela Domnita


« Je n'ai pas parlé français depuis plus d'un an », m'avait-elle prévenue au téléphone. Malgré cette mise en garde, Gabriela, notre Very Important Francophone du jour, m'a très vite prouvé que le français, c'est comme le vélo : ça ne s'oublie pas !

Alors, évidemment, il y a quelques hésitations parfois, mais c'est aussi parce que Gabriela n'a pas vraiment l'occasion de pratiquer son français tous les jours : psychologue de formation, elle travaille à son propre compte mais exerce également dans des écoles maternelles, auprès d'enfants âgés de 4 à 6 ans. Elle-même n'a commencé à étudier le français qu'en 5ème classe : mais déjà, l'année suivante, elle s'envolait pour la France dans le cadre du programme « Familles rurales », afin de passer deux semaines dans la famille de sa correspondante française, domiciliée près de Saint-Etienne. Une sacrée aventure, pour une jeune fille de 12 ans ! Mais Gabriela en garde un souvenir inaltérable, tant et si bien qu'elle a gardé contact avec sa correspondante française, d'abord par courrier, puis grâce à Facebook. Et espère bien un jour accueillir celle-ci chez elle, à Cluj.

Originaire de Bistrita, c'est pourtant à Cluj-Napoca que Gabriela a décidé de construire sa vie. C'est ici qu'elle a d'abord rencontré la langue française, matérialisée par la Médiathèque de l'Institut français, cette « porte vers un autre monde », que représentait la culture Occidentale au début des années 1990. C'est encore à Cluj que Gabriela a, quelques années plus tard, validé une licence en droit, puis effectué ses études de psychologie : et si elle a bien tenté de vivre à Bucarest, deux ans plus tard elle revenait au cœur de la Transylvanie, attirant avec elle celui qui allait devenir son époux.

Gabriela est d'ailleurs une fine observatrice de la ville qui l'entoure : elle apprécie le fait que Cluj se soit lancée à la conquête de l'espace public, et soit devenue une ville pour les gens, et non plus pour les voitures. Pour elle, l'espace public, en effet, ne doit pas être dédié uniquement au déplacement, mais aussi à l'expression culturelle : à Bucarest, me dit-elle, certes la vie culturelle est dense, mais tout est centralisé. A Cluj au contraire, la culture s'exprime partout, en témoigne le TIFF, qui investit toute la ville, ou encore le festival Jazz in the Park, que Gabriela apprécie tout particulièrement. Ce titre de Capitale européenne de la Jeunesse, c'est selon elle la reconnaissance de cette énergie créative qui bouillonne en ville, et qui lui donne toutes les chances de décrocher un prochain titre de Capitale européenne de la Culture, en 2021.

RETROUVEZ NOS AUTRES PORTRAITS DE VIF DANS L'ONGLET "FRANCOPHONIE", RUBRIQUE "SUR LE VIF".


A propos de l'événement

Commentaires:

Commenter
Répondre
  • Groupe: Guests
  • Date d'inscription: --
  • Statut:
  • 0 Commentaires
  • 0 Articles
^
Superbe parcours que l'on rencontre bien peu de notre côté en France, cette soif de connaissance se bien hélas bien rare.

creation site internet dijon - communication web - référencement